La Mort du roi Tsongor, Laurent Gaudé

La Mort du roi Tsongor, Laurent Gaudé, Actes Sud (2005)

COUP DE COEUR

Ce roman m’est tombé entre les mains complètement par hasard. On m’a en effet appelée pour faire passer des oraux blancs de français dans un lycée, et La Mort du roi Tsongor était au programme. De Laurent Gaudé je ne connaissais rien, même pas le nom. De toute façon, je n’avais pas le choix, je devais le lire, et vite. Je vous avoue que je ne m’attendais pas du tout à un tel coup de coeur

Laurent Gaudé nous plonge à travers ce roman dans une Antiquité imaginaire, vraisemblablement en Afrique, dans la grande et prospère cité de Massaba, dirigée par le roi Tsongor. Le livre s’ouvre sur la veille des noces de Samilia, la fille du roi. Tout dans la cité n’est qu’allegresse, la préparatifs s’accélèrent, les richesses abondent, tous se préparent au mariage de la fille du roi avec le prince des terres de sel. Pourtant, c’est ce jour-là, veille des festivités, que Tsongor doit mourir. Le lendemain, la joie du mariage laisse place à l’amertume du deuil, les noces font place à la guerre. Pendant tout le roman le lecture va suivre de façon parallèle le siège de Massaba et le parcours de Souba, dernier fils de Tsongor, parti explorer les terres de son père afin d’accomplir les dernières volonté du grand roi Tsongor.

J’ai tout de suite été séduite par l’écriture enivrante de Laurent Gaudé qui reprend à merveille le style homérique dans sa réécriture d’une Iliade imaginaire. Pour peu que l’on s’y connaisse un peu en mtyhologie, on n’aura pas de mal à faire le rapprochement entre Samilia et Hélène, ou entre Liboko et Hector. Massaba évoque à la fois Troie, sa guerre de siège, ses années de combats pour la possession d’une femme, mais aussi Thèbes et ses conflits fraternels de succession. Mais que l’on ne s’y méprenne pas, La Mort du roi Tsongor n’est pas qu’une pâle imitation de légendes antiques. Les personnages, s’ils peuvent en effet être inspirés de ces héros antiques, n’en restent pas moins des êtres humains aux multiples facettes et à la psychologie complexe dont Laurent Gaudé n’hésite pas à nous paratager, pour notre plus grand bonheur. Le récit alternant épique, tragique et pathétique, n’a de cesse de nous plonger nous aussi au coeur de ce conflit, de ce mythe auquel on finit par croire, et surtout par s’attacher. Ce récit épique, bien que très traditionnel dans sa forme, ne manque pas de se moderniser par la peinture de héros complexes, en proie au doute, tantôt si cruels, mais pourtant si humains. Le roman alterne avec brio tension épique maximale et réflexion psychologique profonde, grâce à un récit ciselé d’une plume de maître. Si je devais toutefois émettre un léger bémol sur La Mort du Roi Tsongor, je dirais simplement qu’à mon sens, le personnage de Samilia n’a pas la place qui lui est dûe, que malhereusement, comme Hélène et les autres femmes dans les histoires du passé, les personnages féminins restent encore beaucoup trop secondaires dans ces grandes épopées lyriques. Ici, même si le courage de Samilia n’a rien à envier sur celui de ses frères, j’aurais aimé que l’on s’attarde encore davantage sur son cas, comme sur celui de la mère de Kouame, qu’on s’attarde un peu plus sur la force de ces femmes qui tiennent bon, la tête haute, dans ces univers toujours si masculins. Il n’y a pas que les Amazones qui puissent être élevées au rang de guerrières.

Je vous conseille donc très fortement la lecture de ce roman qui a été pour moi une vraie bonne surprise, et qui, d’après ce qu’ils m’ont dit durant leurs oraux, a également su toucher les lycéens. Parce que finalement, nous, tout comme les héros de l’Antiquité, sommes tous prisonniers des mêmes passions et des mêmes défauts. Je pense que je me laisserai tentée par un autre roman de Laurent Gaudé… Et vous ? Vous en avez lu ? Vous en avez un à me conseiller ?

Vos petits mots

  • Je savais pas que tu l’avais lu !! Quand je ferai mon compte rendu de l’année, c’est sûr qu’il sera dans le top… on m’a dit que tous les livres de cet auteur étaient excellents, donc maintenant j’ai vraiment hâte de lire un autre Gaudé Tu en as lu d’autre de lui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *