Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ?, Christine Détrez

Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ? Sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences, Christine Détrez, Belin (2016)

En voilà, une bonne question. Pourquoi les femmes sont-elles aussi absentes des arts et des sciences ? Pourquoi, aujourd’hui encore, les femmes sont-elles sous-représentées dans les postes à responsabilité ? Cet essai ne fait en tout et pour tout qu’une soixantaine de pages, mais que l’on ne s’y méprenne pas : ce tout petit livre est un très grand livre ! Il a été très difficile pour moi de choisir quelle citation mettre en exergue de cette chronique (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’en ai pas mis…) tant tout dans cet essai m’a paru important, tant j’aurais aimé tout pouvoir vous dire.

À travers cet ouvrage, Christine Détrez démonte tour à tour les « théories » qui ont participé à maintenir les femmes dans l’ombre des hommes. Page après page, elle déconstruit un à un tous les clichés et toutes les idées reçues sur la soi-disant différence entre les genres. Plus encore, la maîtresse de conférence nous montre, nous démontre que les femmes ont bel et bien joué – et jouent encore – un rôle important dans les arts et les sciences ainsi que dans les hautes fonctions.

Cet essai m’a tout a fait ébranlée. J’ai éprouvé à sa lecture à la fois une extrême rancoeur, une immense colère de voir quelle a été et quelle est malheureusement encore aujourd’hui la place réservée aux femmes, tant dans l’espace privé que dans l’espace publique. Mais j’ai également ressenti un énorme désir de revanche et une grande fierté en voyant que tout ceci n’était pas figé, que des femmes se sont battues et continuent de se battre pour leurs droits, pour montrer de quoi elles sont capables, de quoi nous sommes capables. C’est extrêmement motivant de voir que, oui, tout cela est possible. Que nous pouvons, que nous devons montrer que nous aussi, les femmes, nous savons faire.

Je n’ai finalement pas grand chose à dire de plus sur cet essai qui m’a tant bouleversée. Je remercie grandement Babelio et les éditions Belin qui m’ont permis de recevoir ce livre dans le cadre d’une opération Masse Critique. Je songe d’ailleurs très sincèrement à me procurer d’autres ouvrages de la collection « égale à égal » des éditions Belin, de tout évidence ça ne peut pas faire de mal… En deux mots : lisez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *