Rentrée littéraire : ces livres qui me font de l’oeil

Rentrée littéraire 2016

Ces livres qu’il me faut à tout prix !

  • Crue, Phillipe Forest

« Marqué par un deuil déjà ancien, un homme décide de revenir dans la ville où il est né et où il a autrefois vécu. Tout a changé. Pourtant, petit à petit, les mêmes fantômes fidèles s’en retournent vers lui sous les apparences étranges et familières qu’ils ont désormais revêtues. Dans le quartier où il s’est installé, de grands travaux sont en cours. Les immeubles en passe d’être démolis voisinent avec les constructions nouvelles. Autour de l’homme qui raconte son histoire, les signes se multiplient. La demeure où il a élu domicile lui semble comme une maison hantée perdue au beau milieu d’un vaste terrain vague. Il y fait la connaissance d’une femme et d’un homme dont il finit par s’imaginer qu’ils détiennent peut-être la clef du mystère qui les entoure. Le roman vécu se transforme alors en une fable fantastique dévoilant le vide où s’en vient verser toute vie et qui en révèle la vérité. »

J’ai eu la chance d’avoir Philippe Forest comme professeur à l’Université, et c’est à cette occasion que j’ai découvert ses romans. Je n’ai lu jusqu’à présent que des extraits, mais j’ai tout de suite adhéré à sa plume. Le Chat de Schrödinger notamment est sur ma wish-list depuis un moment déjà… Alors quand j’ai vu le nom de Philippe Forest dans les différents articles sur la rentrée littéraire, forcément, ça m’a interpellée !

Sortie : 18 août 2016, Collection Blanche, Gallimard, 19,50€.

  • Ecoutez nos défaites, Laurent Gaudé 

« Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d’élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d’une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste… Un roman inquiet et mélancolique qui constate l’inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu’on meure pour elles. »

Si vous me suivez sur le blog, vous savez que j’ai récemment découvert Laurent Gaudé avec son roman La Mort du roi Tsongor et vous vous souvenez peut-être que cette lecture a été un véritable coup de coeur pour moi. Forcément, quand on trouve dans la résumé de son dernier roman les mots « épopées », « héros » et « Rome », j’avoue que je peux que me laisser tenter… 

Sortie : 17 août 2016, Actes Sud, 20€.

  • L’Archipel d’un autre vie, Andreï Makine

« Aux confins de l’Extrême-Orient russe, dans le souffle du Pacifique, s’étendent des terres qui paraissent échapper à l’Histoire… Qui est donc ce criminel aux multiples visages, que Pavel Gartsev et ses compagnons doivent capturer à travers l’immensité de la taïga ? C’est l’aventure de cette longue chasse à l’homme qui nous est contée dans ce puissant roman d’exploration. C’est aussi un dialogue hors du commun, presque hors du monde, entre le soldat épuisé et la proie mystérieuse qu’il poursuit. Lorsque Pavel connaîtra la véritable identité du fugitif, sa vie en sera bouleversée. La chasse prend une dimension exaltante, tandis qu’à l’horizon émerge l’archipel des Chantars : là où une « autre vie » devient possible, dans la fragile éternité de l’amour. »

Vous ne pouvez pas l’ignorer,Andreï Makine est un des mes auteus favoris, un des mes chouchous (en témoigne la toute première chronique du blog). De plus j’ai récemment lu La Musique d’une vie, du même auteur (chronique à venir…) et là encore cela a été pour moi un très grand moment de lecture : Andreï Makine est un véritable maître dans l’art du récit de vie. Autant vous dire donc que ce livre est sans doute LE livre qui me tente le plus dans cette rentrée littéraire.

Sortie : 18 août 2016, Seuil, 18€.

  • Le Testament de Marie, Colm Toibin (poche)

« Ils sont deux à la surveiller, à l’interroger pour lui faire dire ce qu’elle n’a pas vu. Ils dressent de son fils un portrait dans lequel elle ne le reconnaît pas et veulent bâtir autour de sa crucifixion une légende qu’elle refuse. Seule, à l’écart du monde, dans un lieu protégé, elle tente de s’opposer au mythe que les anciens compagnons de son fils sont en train de forger. »

J’ai découvert Colm Toibin il y a peu de temps, à l’occasion de la sortie du film Brooklyn, réalisé par John Crowley et Paul Tsan tiré de son roman éponyme. Le film, tout comme le roman que j’ai lu tout de suite après, m’ont vraiment charmé. D’ailleurs, je vous en parle très bientôt sur le blog ! La plume de l’auteur irlandais m’avait beaucoup plu dans Brooklyn, il me tarde donc de la retrouver dans un autre roman.

Sortie : 18 août 2016, éditions 10|18, 6,10€.

Il ne me reste plus qu’à trouver le financement de cette rentrée littéraire maintenant… Et vous, quels sont les livres qui vous font le plus envie dans le cadre de la Rentrée Littéraire ? Dites-moi tout en commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *