JV #4 | Shovel Knight : Treasure Trove

Shovel Knight : Treasure Trove, Yacht Club Games (2017)

Initialement sorti en 2014, puis étendu en 2015, Shovel Knight nous arrive dans une édition définitive cette année, regroupant les trois morceaux Shovel of Hope, Plague of Shadows et Specter of Torment (le petit dernier). Disponible pour un peu plus de 20€ sur Wii U, 3DS, PS3, PS4, Vita, Xbox One, PC et Switch, j’ai opté pour cette dernière pour au passage tester la  nouvelle console de Nintendo.

Commençons donc par le petit constat technique : le jeu tourne admirablement bien sur Switch. Bon, on s’en doutait, Shovel Knight n’étant pas le plus gourmand des jeux qui soit.

Shovel Knight : Treasure Trove est un action-platformer aux graphismes résolument rétro’, s’inspirant des classiques des années 80-90. Chacune des trois parties de cette édition nous place aux commandes d’un personnage différent.

Le scénario originel Shovel of Hope nous conte l’histoire de Shovel Knight, justement, fier guerrier armé d’une pelle, voulant sauver sa bien-aimée Shield Knight des griffes de la terrible Enchanteresse. Un scénario somme toute habituel, amusante parodie des classiques du genre. Très amusante même, le jeu misant énormément sur l’humour de l’aventure burlesque qu’il nous propose. Les extensions sorties par la suite nous permettent de contrôler – et par la même occasion d’en savoir plus sur –  deux autres chevaliers déjà présents dans la première aventure, Plague Knight et Specter Knight. Flashbacks et nouveaux pans d’histoire sont au rendez-vous, le tout se recoupant de manière très cohérente.

Le level design de Shovel Knight c’est avant tout un gloubi-boulga de tout ce qui se faisait de bon dans les classiques comme MegamanDuckTales ou Super Mario. Une sorte de super-mix duquel il n’y aurait rien à jeter. A chaque niveau son idée ; rien de neuf – la glace ça glisse, les engrenages ça tourne, et dans l’eau tout est plus lent – mais tout est maîtrisé à la perfection. Quel que soit le personnage choisi, la progression est naturelle, pas frustrante pour un sou, grâce à une jouabilité aux petits oignons, et une large barre de vie nous permettant beaucoup d’erreurs.

Les gameplays de chacune des trois parties sont bien différents. Shovel Knight peut sauter et frapper avec sa pelle, pouvant également pointer cette dernière vers le bas pour rebondir. De son côté Plague Knight possède un double saut pouvant être chargé et peut lancer des bombes. Enfin Specter Knight utilise sa faux pour frapper ses ennemis, mais s’en sert également pour dasher, et peut en outre sauter de mur en mur.  Cette dernière aventure est à mon sens la plus plaisante à jouer, et la plus aboutie dans la diversité qu’elle propose.

Côté contenu, chaque aventure est constituée d’une dizaine de niveaux ; on retrouve dans chacune les mêmes personnages et mêmes environnements. Des objets spéciaux sont à récupérer – boules de feu, hachette de lancer, etc. – et l’on pourra également conférer – en échange de l’argent récolté dans les niveaux – de nouveaux pouvoirs à notre arme ou à notre armure. Une fois un scénario bouclé, le jeu nous offre deux nouvelles features qui feront plaisir aux joueurs les plus assidus. D’une part, le mode New Game +, où l’on garde tout l’équipement accumulé, mais où les checkpoints sont moins nombreux, et les ennemis plus coriaces. D’autre part un mode défi, comportant moult challenges à la difficulté plutôt corsée où il faudra par exemple survivre quelques dizaines de seconde à une horde infinie d’ennemis, ou traverser un niveau particulièrement difficile. Pour quantifier, disons qu’il faudra entre 15 et 25 heures pour finir le titre, en fonction du degré de complétion souhaité.

Enfin, évoquons une excellente bande-son chiptune par Jake Kaufman, disponible pour le prix que vous souhaiterez sur sa page Bandcamp.

Bref, Shovel Knight mérite son titre de meilleur jeu indé’ des Game Awards 2014, et je suis bien content de l’avoir découvert maintenant sur Switch ! Et, bonne nouvelle, une quatrième aventure, celle de King Knight, est même annoncée pour cette année !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *