2018 : le bilan lecture

2018 est morte ! Vive 2019 !

Je sais, c’est au moins le 187961154e article du genre que vous lisez depuis fin décembre. Mais, c’est le jeu ma pauvre Lucette, tu n’y couperas pas, en voilà un 187961155e ! Allez, viens, on est bien…

En 2018, comme tous les ans depuis 2016, je m’étais fixé l’objectif de lire 50 livres dans l’année (peu pour certain-e-s, énorme pour d’autres). Et, comme chaque année depuis 2016, j’ai échoué – et d’ailleurs, mon total ne cesse de chuter d’année en année – mais au fond, ce n’est pas bien grave, car j’ai une fois encore privilégié la qualité de mes lectures à la quantité. Ça a bien marché, puisque j’ai connu très peu de déception littéraire cette année, quasiment pas d’abandon et surtout aucun livre qui m’ait donné envie de hurler sur Twitter et ici qu’il ne méritait même pas le nom de bouquin.

Objectifs annexes

Si je n’ai pas réussi le 2018 Reading book challenge que je m’étais fixé sur Goodreads, j’ai néanmoins atteint un certain nombre de buts implicites. Ainsi, si je n’ai lu que 29 livres cette année, plus de la moitié d’entre eux étaient écrits par des femmes. En effet, il y a quelques années, je remarquai que les hommes occupaient une place immense – pour ne pas dire quasi exclusive – au sein de ma bibliothèque et de ma PAL, et ce sans que ce soit une volonté de ma part. J’ai décidé d’y remédier et grand bien m’en a pris : à l’exception de deux écrivaines, toutes les autrices que j’ai lues en 2018 je les découvrais pour la première fois. Pour le meilleur… et le très bon. Parmi ces femmes illustres, les plumes qui m’ont le plus marquée sont celles d’Amy Liptrot, Emil Ferris, Naomi Novik et Żanna Słoniowska.

Des lectures diverses et variées

Parmi les même pas 30 livres lus cette année, on compte des BD (deux), des essais (peu), un soupçon de littérature jeunesse et beaucoup de romans. Cette dernière catégorie se scinde à peu près équitablement en deux entre littérature générale et/ou classique et imaginaire. Un équilibre qui me convient, même si cette année a légèrement manqué pour moi de littérature qui sent la poussière et les vieilles étagères ! Beaucoup de genres différents donc, dans mes lectures, beaucoup de femmes aussi, mais également des origines géographiques un peu plus diversifiées que les années précédentes. Grâce aux éditions de Belleville notamment, j’ai pu partir en voyage avec deux autrices turques et un auteur arménien. Pas mal, hein ?

Ainsi, si je devais formuler des objectifs un peu plus précis et plus lointains que « 50 livres » pour 2019, je dirais que je souhaite avant tout continuer ce que j’ai entrepris en 2018 : lire et découvrir toujours plus d’autrices et de voix singulières, minoritaires, autres et engagées.

Et vous, quels sont vos objectifs ou vos souhaits de lecture pour cette nouvelle année ? 🎉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *