3 livres jeunesse inspirants et importants

Des BDs et des albums pour sensibiliser les petits aux grands enjeux de notre société

Il existe des sujets qui peuvent être difficiles à aborder avec des enfants. On ne sait pas vraiment comment s’y prendre, quel vocabulaire utiliser. Heureusement, la littérature jeunesse peut parfois voler à notre secours et mettre des mots sur ce que l’on n’ose pas dire. Aujourd’hui, grâce à un album et deux BDs, il vous sera possible d’évoquer avec les plus jeunes des sujets durs ou complexes, comme le racisme, le féminisme ou la Shoah.

Comme un million de papillons noirs s’envole en tête des ventes

Illustré par Barbara Brun et écrit par Laura Nsafou, l’album repris par la maison d’édition Cambourakis ne cesse de faire parler de lui en est en ce moment même à son 5e tirage en 5 mois. Ouais, rien que ça. Pour un livre jugé « trop communautariste » par d’autres maisons d’édition, l’histoire d’Adé prend sa revanche et prouve qu’il existe une véritable demande et un vrai engouement pour ces récits.

Comme un million de papillons noirs – la formule nous vient de la grande Toni Morrison – raconte l’histoire d’Adé, une jeune fille noire qui, à cause des moqueries de ses camarades, se sent complexée par ses cheveux et sa coiffure. Adapté aux jeunes lecteurs et lectrices dès l’âge de 5 ans, l’album rédigé par la talentueuse Laura Nsafou utilise des mots simples et précis à la fois. L’histoire d’Adé fait la part belle à la différence, la tolérance mais également aux femmes : ce sont les tantes, la grand-mère et la mère d’Adé qui, passées par là bien avant elle, aident la petite fille à se sentir mieux dans sa peau, ses baskets et sa coiffure. Un album court, fort et important à mettre entre toutes les mains  (et, vite, car nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle rupture de stock…) !

L’art de la BD didactique avec La ligue des super féministes

Vous la connaissez sans doute pour son célèbre Commando Culottes, Mirion Malle, Bédéiste et militante féministe sévit cette fois avec une bande dessinée pour les plus jeunes. À partir de 8 ans, vos petites têtes blondes (ou brunes, ou rousses, ou colorées ou sans cheveux) peuvent se plonger dans la lecture de La ligue des super féministes. Découpé en petits chapitres abordant de grandes thématiques (l’amour, l’amitié, le consentement…), un personnage qui ressemble étrangement à son autrice, une jeune fille noire et un petit garçonnet blond s’interrogent tou-te-s ensemble sur les fondements et l’importance de la pensée féministe.

En plus de présenter les concepts importants du mouvement, Mirion Malle s’attache à donner aux enfants des outils en faveur de l’égalité de toutes et tous. Ainsi, elle leur présente le test de Bechdel ou encore l’écriture inclusive. Une BD idéale pour amorcer le dialogue sur les questions féministes avec les plus jeunes. Attention toutefois, il y a pas mal de texte à l’intérieur, je le recommanderais donc pour lectrices et lecteurs autonomes… ou bien à lire en famille !

Irena ou quand une femme prend l’Histoire à bras le corps

L’Histoire n’est pas tendre avec les femmes. Peu d’inventrices, peu d’autrices, peu de cheffes d’État. Pour accorder le passé au féminin, il faut parfois fouiner longtemps. Heureusement, petit à petit, les choses changent et l’on se rend compte que les femmes aussi ont fait l’Histoire, la littérature et les sciences. Et c’est l’une de ces femmes, remarquable par sa simplicité comme son exception que nous propose de rencontrer Morvan, Evrard, Tréfouël et Walter, les auteurices de la série de BD Irena parue chez Glénat.

Descendante d’une famille appauvrie par son militantisme de gauche, Irena Sendlerowa naît à Varsovie en 1910. Enfant unique, elle survit à la coqueluche et – bien que catholique – elle apprend le yiddish avec les enfants de son quartier où la communauté juive est importante. Élevée seule par sa mère après la mort de son père alors qu’elle n’est âgée que de 7 ans, la jeune Irena suivra des études de droit puis de philologie à l’université. Mais dans ce destin déjà particulièrement hors-norme, c’est sa contribution humaniste lors de la Seconde Guerre mondiale qui vaudra, à celle qui se fait appeler « Jolanta » dans la résistance, sa renommée. En effet, on estime qu’elle contribua à sauver plusieurs milliers d’enfants de l’enfer du ghetto de Varsovie. Mais ça, je vous laisse le découvrir tout au long des 4 tomes de cette jolie BD qui résume la cruauté et la folie de cette guerre avec douceur et humanité.


Et vous, quels sont les livres, albums ou BD jeunesse qui abordent de grands sujets que vous conseilleriez ? 🧐

Vos petits mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *